Saint Martin De Laives Envoyer un mail au webmaster
http://www.saintmartindelaives.com
Accueil Accueil
Historique de l'association Historique de l'association
Le saint "Martin" Le saint "Martin"
News News
Légende Légende
Poésies Poésies
Visite guidée Visite guidée *
Le Mont Saint Martin Le Mont Saint Martin
Assemblée Générale Assemblée Générale
Albums Photos Albums Photos
Remerciements Remerciements
Partenaires Partenaires
Le mot du webmaster Le mot du webmaster
Contactez nous Contactez nous
Lexique Lexique
Soutenez l'association Soutenez l'association
Le livre d'or Le livre d'or

Page disponible en anglais * Page disponible en anglais

Le Lexique

Index : A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A

  • Abbaye : Monastère d'hommes ou de femmes qui est dirigé par un abbé ou une abbesse.
     
  • Abbé : Issu de l'araméen abba, père, le terme désigne un moine élu par ses égaux à la tête d'une abbaye ou d'un monastère, généralement à vie. Il désigne ensuite ceux qui l'assistent tels le prieur, le cellérier, le matre des novices, le portier ou l'infirmier.
    Un abbé lac était un vassal qui en échange de la jouissance de terres monastiques rendait le service militaire au prince.
     
  • Abside : Partie demi-circulaire d'une église, derrière l'autel. Durant le Haut Moyen Age, le clergé se range dans l'abside de la cathédrale et le siège de l'évêque y est disposé.
     
  • Alcôve : Dans une chambre, l'alcôve est un renfoncement qui reoit un lit de parade ou de repos.
     
  • Arc : Membre architectonique franchissant un espace en dessinant une ou plusieurs courbes (haut d'une baie, renfort d'une voûte...).
     
  • Arc brisé : Arc est une courbe qui décrit une voûte ou la partie supérieure d'une baie. L'arc brisé est un arc aigu formé de deux segments de cercle se coupant suivant un certain angle.
     
  • Arc de décharge : Arc incorporé dans un mur afin de soulager les parties inférieures, souvent placé au-dessus d'une baie.
     
  • Arc en plein cintre : Courbure intérieure d'une voûte, d'une arcade, d'un arc , composé d'une moitié de cercle.
     
  • Arcade aveugle : Ouverture pratiquée sous un arc dans un mur. Elle est aveugle quand elle ne perce pas toute l'épaisseur du mur dans lequel elle est construite.
     
  • Arcature : Suite de petites baies libres couvertes d'un arc.
     
  • Arpent : Unité de mesure agraire divisée en quatre quartiers, chaque quartier se divisant en quarterons. La surface de l'arpent pouvait selon les régions varier de 30 à 60 ares. L'arpent carolingien (environ 12 ares) disparut au cours du XIIe siècle.
     
  • Autel : La table, en pierre ou en bois, (mais dans ce cas une pierre "sacrée" y a été insérée) destinée à la célébration de la messe. Certains sont aussi appelés "tombeau". Outre l'autel-majeur, ou Matre-Autel, il y a presque partout des autels secondaires (ou latéraux), parfois un autel des reliques.

B

  • Bailli : De l'ancien franais baillir, administrer. à l'origine, le bailli était un agent d'administration seigneurial. Philippe Auguste en fit des agents royaux chargés d'une mission temporaire de contrôle des prévôts. à partir du milieu du XIIIe siècle, il devinrent des officiers exerant dans une baillie des fonctions supérieures, judiciaires, financières et militaires et rétribués par gages.
     
  • Baptistère : Bâtiment généralement octogonal, couvert d'une coupole, qui contient la piscine baptismale. C'est le deuxième édifice d'un groupe cathédral, à l'époque mérovingienne.
     
  • Bas-relief : Sculpture faisant corps avec un fond uni et se détachant peu en comparaison du demi-relief et surtout du haut-relief o les éléments sont en partie détachés du font
     
  • Bénitier : Récipient contenant l'eau bénite à l'entrée de l'église, en pierre et parfois en métal.
     
  • Bourg : Agglomération ou partie d'une agglomération médiévale ayant un statut juridique particulier et ne jouissant pas des privilèges de la cité.

C

  • Calice : Vase sacré en métal précieux, en cuivre ou même en étain, destiné au vin consacré à la messe.
     
  • Cathédrale : Eglise principale du diocèse o se trouve le siège (cathedra) de l'évêque. Au Bas-Empire et à l'époque des royaumes barbares, le groupe cathédral comporte trois églises.
     
  • Chantre : Du latin cantor. Clerc mineur dont l'office était de chanter les psaumes.
     
  • Ciboire : Vase sacré contenant la réserve eucharistique après la messe. En métal précieux, certains remontent au XVe siècle.
     
  • Clef de voûte : Pierre placée à l'intersection des nervures qui soutiennent une voûte.
     
  • Clocher : Ouvrage, tour, mur percé de baies, campanile, etc., destiné à recevoir les cloches.
     
  • Clocher-mur : Clocher composé d'un seul mur pignon avec ouvertures ou baies pour les cloches. On parle aussi de clocher peigne.
     
  • Clocher-peigne : Clocher ayant des cloches placées en file en haut d'un mur.
     
  • Clocher-porche : Clocher ayant à sa base un ou plusieurs porches.
     
  • Clocher-tour : Clocher composé d'une tour abritant les cloches.
     
  • Colombage : Construction en pan de bois dont les vides sont remplis par une maonnerie légère.
     
  • Colombier : Pigeonnier, souvent circulaire et détaché mais parfois incorporé dans une tour ou autre partie de la résidence seigneuriale.
     
  • Contrefort : Pilier ou mur servant d'appui et de renfort à un autre mur.
     
  • Cul de four : Voûte formée d'une demi-coupole ou quart de sphère.

D

  • Diocèse : Au Bas-Empire, groupe de provinces dirigé par un vicaire. Dans l'église médiévale, ressort de l'évêque qui concide avec la cité.
     
  • Domaine : Du latin dominicum, dominium, demenum, demanium, de dominus, avec influence possible de de manu. Le mot indique qu'il s'agit de biens, de droits ou de revenus qu'un personnage contrôle, utilise ou possède directement, dont il est le matre, le seigneur ou le bénéficiaire direct, qu'il a "dans sa main" : domaine réservé du seigneur rural; ce qu'un seigneur féodal n'a pas concédé en fief.
     
  • Douve : Fossé profond rempli d'eau ou sec entourant un château ou un manoir.

E

  • Eglise : Bâtiment consacré au culte chrétien o l'on célèbre la messe.
     
  • Epitaphe : Inscription funéraire comportant souvent une fondation de service pour le repos de l'âme du défunt.
     
  • Evêque : étymologiquement: celui qui surveille (episcopos). Le seul à posséder le sacerdoce dans sa plénitude. Chef religieux du diocèse, qui le dirige administrativement et disciplinairement ; il ordonne les prêtres, est responsable de toute la vie religieuse de son diocèse. Celui qui siège dans la métropole, chef-lieu de la province ecclésiastqiue regroupant plusieurs évêchés, est dit métropolitain, archevêque à partir de l'époque carolingienne ; il confirme et consacre ses évêques suffragants.

F

  • Fief : Bien donné au vassal par le seigneur en échange de la fidélité et du service. Le mot, sans doute d'origine germanique (vieh, bétail, bien d'importance), est apparu dans le Midi à la fin du IXe siècle (fevum), avec peut-être une confusion avec le mot fiscum, et une filiation avec beneficium (voir ces mots), ce qui évoquerait l'origine "publique" du fief méridional. Il désigne la concession d'une terre fiscale par un agent public en échange de services publics. Il s'étend ensuite aux autres formes de concessions vassaliques et se substitue au mot bénéfice. Au moyen âge , le fief est une source de revenu (très généralement terre, mais aussi , cens, droit, péage, etc.) concédée par le seigneur à son vassal à titre temporaire ou viager, puis surtout héréditaire en contrepartie d'un service militaire et d'un hommage et sur laquelle le propriétaire initial garde certains droits. Le fief a pu prendre des formes très variées (terre, droits, etc.): ainsi le fief-rente, qui consiste dans le versement d'une rente par le seigneur au vassal. La concession du fief est devenue héréditaire aux premiers temps féodaux.
     
  • Fournil : Four à pain.
     
  • Fonds baptismaux : Cuve destinée à recevoir l'eau bénite servant à l'administration du baptême. En pierre, parfois en métal, certains datent des XIIe et XIIIe siècles.
     
  • Fresque : Peinture murale exécutée, à l'aide de couleurs délayées à l'eau, sur une couche de mortier frais à laquelle ces couleurs s'incorporent.

G

  • Graffiti : Les inscriptions et dessins gravés sur les murs intérieurs des églises sont à remarquer.(Vive le roy est un exemple à Saint Martin)

H

  • Hagiographie : Du grec hagios, saint, et graphein, écrire. Biographies embellies de la vie des saints puisant leurs sources dans les témoignages, les Actes des martyrs, les listes liturgiques des saints, les biographies, et à partir du XIIIe siècle, les enquêtes et les bulles de canonisation. Il existe également beaucoup d'hagiographies des princes ou des rois qui font d'eux de véritables saints.

I

  • :
     

J

  • :
     

K

  • :
     

L

  • Liturgie : En grec, service public. Fonction cultuelle publique englobant l'ensemble de la prière de l'église et les célébrations sacramentelles. La liturgie de l'église d'Occident peut varier selon les royaumes barbares: wisigothique, gallicane, etc., ou se reformer sur un type unique comme pour la liturgie carolingienne imitant la liturgie romaine.

M

  • Maison forte : Demeure munie d'organes défensifs mais dont le possesseur ne détient pas les droits seigneuriaux.
     
  • Marque de Tâcheron : Signe gravé sur la pierre par le tailleur de pierre, il s'agit de la signature du travail réalisé par le tailleur.
     
  • Ménestrel : Du bas latin ministerialis, officier, serviteur. Le ménestrel était aux XIIe et XIIIe siècle un jongleur attaché à un seigneur.
     
  • Moellon : Pierre, non taillée ou grossièrement taillée, de petites dimensions.
     
  • Moine : Du latin monacus du grec monos, seul. Membre d'un ordre à voeux solennels vivant en communauté dans une maison religieuse soumise à la clôture pour y louer Dieu par le renoncement aux biens de la terre, l'ascèse et la prière. Le moine prête trois voeux perpétuels: pauvreté, chasteté, obéissance. L'accès des moines à la prêtrise est exceptionnel durant le Haut Moyen Age. On notera donc que le monachisme n'est pas lié à la cléricature et que tous les religieux ne sont pas des moines: franciscains ou dominicains des ordres mendiants.
     
  • Monastère : Communauté de moines ou de moniales, établissement o des religieux ou religieuses vivent en communauté, selon une règle et sous l'autorité d'un abbé ou d'une abbesse.
     
  • Mortier : Mélange de chaux, de sable et d'eau qui sert à lier les pierres.

N

  • Nef : Partie de l'église, de l'entrée principale à la croisée du transept; peut être flanquée de 2 ou 4 bas-côtés. Type de bateau.
     
  • Nervure : Grosse moulure d'une voûte, en particulier d'une voûte gothique. Les nervures sont, en général, la partie visible des arcs constituant l'ossature de cette voûte.
     
  • Niche : Renfoncement dans l'épaisseur d'un mur, théoriquement destiné à recevoir un élément décoratif, et son encadrement

O

  • Oecuménique : Universel, c'est-à-dire, pour un concile, réunissant les prélats, au moins évêques, de toute la Chrétienté ou leurs représentants.
     
  • Ogive : Arc allant d'un point d'appui à un autre en passant par la clef de voûte.
     
  • Ordonnance : Constitution royale fixant des procédures de règlement et qui a force de loi.

P

  • Pierre tombale : Ou dalle funéraire : pierre recouvrant une tombe ornée d'inscriptions et parfois de l'effigie du défunt gravée en creux. (Il y en a beaucoup devant l'église Saint Martin)
     
  • Porche : Pièce ou galerie devant l'entrée d'un bâtiment, formant habituellement avant-corps bas, devant la faade du bâtiment qu'il commande, il est souvent hors oeuvre.
     
  • Poterne : Petite porte dérobée, ouverte dans les endroits les moins apparents et les moins exposés, notamment dans les fossés, qui servait à fuir ou à faire entrer des renforts à l'insu des assiégeants.
     
  • Prêtre : Clerc qui a reu le sacrement de l'ordre.
     
  • Prévôt : Du latin praepositus. Officier public ayant des fonctions judiciaires ou policières; agent domanial; chanoine administrant la mense capitulaire, parfois chef d'un chapitre de chanoines; dans certains monastères, moine occupant la deuxième place, après l'abbé.
     
  • Prieur : Dignitaire d'un chapitre ou d'un monastère; chefs de monastères subordonnés dits prieurés (les prieurs n'ont pas toutes les prérogatives de l'abbé). Dans certaines villes italiennes, principaux responsables du pouvoir exécutif, choisis parmi les Métiers (arts); fin XIIIe siècle.

Q

  • :
     

R

  • Régisseur : Serviteur d'un grand propriétaire désigné pour gérer un grand domaine. Possède l'autorité sur les esclaves et les colons de ce domaine.
     
  • Reliquaire : Coffret contenant les restes d'un saint ou des objets ayant été en contact avec son corps.
     
  • Reliques : Restes des corps de martyrs ou de saints vénérés comme médiateurs de vertu et de miracles. Le culte des reliques est extrêmement développé en Occident médiéval et à Byzance.
     
  • Retable : La partie arrière et décorée d'un autel, garnissant souvent presque tout le mur auquel il s'appuie.
     
  • Roman : Style d'architecture commun en Europe entre les périodes classique et gothique.

S

  • Seigneur ou Sire : Du lat dominus, senior. Le mot implique une autorité sur des hommes vassaux, dépendants, sujets... et, par extension, sur un territoire.
     
  • Seigneurie : Ensemble des droits du seigneur. on distingue la seigneurie foncière (droits du seigneur sur la terre, dont il est le seigneur éminent et sur les paysans qui sont ses tenanciers), la seigneurie châtelaine (ou encore banale): droit de commandement (ou de ban) du matre du château qui impose des coutumes en échange de la protection, la seigneurie personnelle: droit du seigneur sur le serf.
     
  • Serf : Du lat servus. Non-libre (ou personne jouissant d'une liberté réduite) dont le statut, en principe héréditaire, implique une dépendance juridique, sociale, voire économique, étroite vis-à-vis de son seigneur. Le mot a eu des synonymes divers selon les lieux et les temps, correspondant à des statuts parfois assez différents les uns des autres: hommes de corps (homines de corpore), hommes questaux, hommes propres, villeins (Angleterre), Leibeigene, FIorige (Allemagne)
     
  • Suzerain : Seigneur du seigneur, ce terme désigne par excellence la personne qui se trouve au sommet d'une pyramide hiérarchique: l'empereur, le roi, dans la société féodale, sont des suzerains.

T

  • Tombeau : Autre type d'autel.
     
  • Transept : En architecture, partie d'une église perpendiculaire à la nef formant, soit les bras de la croix, soit la barre d'un T, selon le plan.
     
  • Trébuchet : Machine de jet de la famille des mangonneaux, employée pour abattre des murailles.
     
  • Troubadour : Poète lyrique des XIIe et XIIIe siècles composant dans une des langues d'oc des oeuvres de formes diverses (chanson, sirventés, etc.) destinées à être chantées.
     
  • Trou de boulin : Trou ou encastrement taillé dans un mur et destiné à recevoir une poutre.
     
  • Trouvère : Du bas latin tropare, inventer, composer un poème. Le trouvère est un poète lyrique, à la fois rimeur et mélodiste, qui s'exprime en langue d'ol aux XIIe et XIIIe siècles. Il est l'équivalent du Troubadour, poète de langue d'oc qu'il imite en reprenant la grande chanson courtoise de cinq strophes. Les premiers trouvères apparaissent vers 1150 à la cour de Champagne: ce sont Chrétien de Troyes , Guyot de Provins et Huon d'Oisy.

U

  • :
     

V

  • Vassal : Du latin vassalus, diminutif de vassus. Homme libre entré en recommandation et doté souvent d'un bénéfice.
     
  • Vassalité : Contrat unissant un seigneur et un vassal.
     
  • Vêpres : Office monastique qui se chante ou se récite à 16 heures en hiver, en été avant le second repas, c'est-à-dire avant 19 heures.
     
  • Verrière / vitrail : Ensemble des panneaux de verre garnissant une baie. Montés en plomb, ils formaient au XIIIe siècle des mosaques de verre de couleur et plus tard de véritables tableaux.
     
  • Villa : Désigne à l'époque romaine les bâtiments d'exploitation et d'habitation d'un domaine, c'est-à-dire le chef-lieu de l'exploitation. Puis désigna l'ensemble du grand domaine. Au Haut Moyen âge, la villa est une grande exploitation agricole comprenant la résidence du propriétaire, de nombreux bâtiments d'exploitation, des services communs (forge, four, pressoir, moulins, etc.) et, parfois, quelques hameaux ainsi qu'une église. La "réserve" est exploitée directement par le propriétaire foncier à l'aide d'esclaves, tandis que le reste du domaine est concédé à des paysans.
     
  • Voûte : Construction en maonnerie disposée en arc et formant le plafond d'une construction.

W

  • :
     

X

  • :
     

Y

  • :
     

Z

  • :
     

  Si vous souhaitez nous aider à financer l'hébergement du site cliquez. Merci
 
1 visiteur connecté actuellement. Copyright © 2007 - par Noël LAURENT - Tous droits réservés - Reproduction interdite sans l'accord écrit de l'auteur.
Pour fonctionner ce site requiert que les cookies et le Javascript soient activés.
Une résolution 1024*768 minimum et le navigateur Firefox sont conseillés. Cliquez ici pour en savoir plus.
Vous faites partie des 376658 personnes qui ont visit notre site. Merci