Saint Martin De Laives Envoyer un mail au webmaster
http://www.saintmartindelaives.com
Accueil Accueil
Historique de l'association Historique de l'association
Le saint "Martin" Le saint "Martin"
News News
Légende Légende
Poésies Poésies
Visite guidée Visite guidée *
Le Mont Saint Martin Le Mont Saint Martin
Assemblée Générale Assemblée Générale
Albums Photos Albums Photos
Remerciements Remerciements
Partenaires Partenaires
Le mot du webmaster Le mot du webmaster
Contactez nous Contactez nous
Lexique Lexique
Soutenez l'association Soutenez l'association
Le livre d'or Le livre d'or

Page disponible en anglais * Page disponible en anglais

Quelques poésies

Sommaire : Saint Martin De Laives - Nanton - Les Oiseaux - Cabilonum - La Campagne - Etrigny - Feu de bois - La Dame en Rose

Saint Martin de Laives

Perchée sur son piton gardée avec égard,
Du fond de lhorizon, appelle le regard
Depuis huit siècles, et les passants lèvent la tête
Sur cette tour carrée, dans sa brume violette.

En goutte de rosée, elle reflète un monde.
Vergnes buissons et buis, lentourent telle une onde.
Se repaissent mes yeux sur loeuvre dautrefois,
Et conçois que lon pu sadapter à sa foi.

Le chemin rocailleux est dur en sa montée
Aux priants mortifiés saoulés de pauvreté,
Misère du manant, peur de se faire occire
Par le roi le seigneur leur suzerain leur sire,

Peur des épidémies et peur des contagions,
Ou la peur qui a un nom : Guerres de religion.
Elle sut éviter, des hommes, leur colère,
Se garder très jolie elle, huit fois séculaire.

Elle eut son âge dor, dargent ses temps heureux,
Et dairain et de fer quon dit calamiteux.
Elle eut le Moyen-Age, trois siècles pour le moins,
De ces temps révolus, elle en fut le témoin,

En vit les invasions. Les crues. La sécheresse.
Témoin des amoureux, souvent dans leurs caresses,
Lautoroute où son bruit vient mourir sur ces pierres,
Trouble les frondaisons des pistes cavalières.

De nos jours, Saint-Martin, tu es un vrai trésor.
Illuminée la nuit, tes murs regorgent dor.
Ton Saint Patron, dun gueux, cacha la nudité,
Quand toi ton art roman éclate de beauté.

La Guiche, le 22 juillet 1990
Max LECOMTE

Sommaire : Saint Martin De Laives - Nanton - Les Oiseaux - Cabilonum - La Campagne - Etrigny - Feu de bois - La Dame en Rose

NANTON (71240)

Mon pays de Trouville - et Paris, magister,
Je vous aime très fort comme on aime une blonde,
Mais ici - j'ai choisi - ce retour à la terre,
Air pur et calme loin... Des convulsions du monde.

Usés : tous les plaisirs ( !), du travail, et des ors,
Quittées : les vanités pour qui l'on s'énamoure,
Enfin redécouvrir le don des mandragores
Plantes magiques qui régénèrent l'amour !

Ici, la vie est belle. Y vivent les oiseaux.
Tout arbre y est chez lui et l'herbe est toute verte,

... Et je sais qu'à La Guiche, un jour seront mes os
Dès que ...(dans très longtemps), sera ma tombe ouverte !

Pour l'instant, quel bonheur, j'y côtoie les vivants,
Et depuis quarante ans, ces endroits que j'explore :
Saints lieux romans jaunis, que des siècles de vent
Ont magnifié la pierre en vraie muraille d'or.

J'y vois ses vieux moulins - le charme du Grison
" Dont la fureur de l'eau ( !) y génère des truites... "
Et tout là-bas - au loin - Buxy à l'horizon
Et ses vignobles oblongs par leurs lignes de fuite.

Ceci est un retour : (enfance au Paradou)
De mon pays normand - de ma campagne verte,
Où l'herbe est haute et grasse - et où le lait est doux,
Changé par notre vin qui fut ma découverte.

Parents - alliés - amis - vous tous les Nantonnais,
Faites, je vous en prie, que chez vous, je m'y plaise,
Belle est votre commune et ici je renais
Bien loin des murs lépreux où le vert n'est à l'aise...!


Dimanche 9 avril 1995
Max LECOMTE

Sommaire : Saint Martin De Laives - Nanton - Les Oiseaux - Cabilonum - La Campagne - Etrigny - Feu de bois - La Dame en Rose

Les Oiseaux

J'offre pain, beurre, et graines, et sans les déranger,
Me paie le doux plaisir de voir autant manger
Mésanges - piafs - et pies - et les bergeronnettes,
Eux dont la joie égaie notre triste planète,
Se partageant froid, peur et rarement la mie,
Ces piafs frères, voleurs, tout autant qu'ennemis.
Tranquille, je les vois. Eux, pleins de vigilance,
A l'heure du festin - oui, mon Dieu, quel silence,
Le " Taisez-vous, oiseaux " de ce bon Saint-françois
Est disproportionné dans ce froufrou de soie,
Où ces teignes emplumées, ces moineaux, ces mésanges,
En leur brutalité, sont les frères des anges.
Voir un oiseau qui mange est jouissance des yeux,
Et offrir de mon pain, moi m'ouvrira les cieux,
Car mon soleil se couche et ma journée s'achève,
Comme eux, alors, je vole - et mon azur se lève.
Hôtes de mon jardin - gloire de mon courtil,
Lieux d'amour et de paix pour tous ces volatiles,
Sur les ailes du temps et de l'imaginaire,
Le poète s'exprime en tant que visionnaire.
Alors, finis les trappes et tous pièges à oiseaux,
Mort ignoble qui vient après doloroso,
Où dans d'autres au-delà, nous volerons ensemble,
Dans ce soleil de Paix qui - l'homme et eux - rassemblent,
Eux, tous ces malotrus, qui ne disent Merci,
Mais sifflent en hiver - ventre plein - sans soucis

QUAND LES FRIMAS SONT LA.
25 novembre 1993
Max LECOMTE

Sommaire : Saint Martin De Laives - Nanton - Les Oiseaux - Cabilonum - La Campagne - Etrigny - Feu de bois - La Dame en Rose

CABILONUM


(71100 Chalon-sur-Saône - Bourgogne du Sud)

Etait-elle jolie la vie dans nos vallons
Quand l'ARAR (1) était reine - (et non pas encore Saône),
Ni CABILONUM, lui, avant qu'il fut Chalon
Et que mille et mille ans chaque matin façonnent ?,

Avant Celtes et Romains qui furent des colons,
Qui vinrent dans nos murs souvent tels des cyclones,
L'un : civilisateur - l'autre : " heurtant du talon "
Dans nos villes et villages au long du fleuve Rhône... !

Remontant son courant, retrouver l'aquilon,
D'en chasser les Eduens - s'en façonner un trône,
Là, le moindre " routier " put prendre du galon :
Devenir général puis peint telle une icône !

Hélas - l'Histoire est là qui planta ses jalons.
Exclues les prédictions - (Oracles de Dodone) (2),
Sommes réalité : un vrai échantillon
De Burgundes françois - peuple de l'hexagone.

Oui, est encore jolie la vie dans nos vallons
Passé l'hiver quand vient : printemps - été - automne,
Quand le poète est là, qui se prend pour Villon
Lui .. qui vécut heureux bien souvent d'une aumône . !


03 Décembre 2003
Max LECOMTE

(1) Ancien nom de la Saône jusqu'en 211 après J.-C. sous Septine-Sévère, empereur romain.
(2) Ville grecque où Zeus rendait ses oracles.


Sommaire : Saint Martin De Laives - Nanton - Les Oiseaux - Cabilonum - La Campagne - Etrigny - Feu de bois - La Dame en Rose

La Campagne

Douceur de vie ouatée - ou froid qui nous conserve
L'hiver dans les frimas à la morne saison,
Depuis toujours j'y vis - enfant - homme - et j'observe
Printemps - été - automne - et les temps du tison.

Car tout œil s'ennoblit aux visions campagnardes,
Quand la lumière luit sur les toits des maisons,
Sur les agraires harnois que certains sauvegardent,
Sur l'allant des nuages halés de l'horizon.

On y entend des bruits que n'offrent plus les villes,
Bruits des roues des chariots crisser sur les chemins,
Des chevaux de calèches aux visites civiles
Où vont les gentlemen donner du baisemain !

On y entend les bruits de la vie animale,
Les beugles des bovins - les trilles des oiseaux,
S'y perçoit cette paix qui pour l'homme est normale,
Et qu'à l'aube des temps chantaient les damoiseaux.

Ici, sont la beauté - la vie - les plaisirs calmes,
La fort verte et son " silence assourdissant " ( !)
Vous, paradis terrestre, tes digne des palmes,
Car vos bruits, vos odeurs, oh, oui, je les ressens !

Pleurent vos cheminées des fumées odorantes,
Fumées de feux de bois aux parfums bienvenus,
Fumées qui se répandent altières et conquérantes,
Tel le feu impalpable - et fugace - inconnu,

Ou l'animal fumet - fragrances campagnardes,
Par tout ce naturel, épandu dans les champs,
L'herbe fraîche coupée - quand le dieu Hlios darde,
Déjà du Paradis, oui, j'en perçois les chants.

J'essaie, amis lecteurs, de vous prter mes rves,
D'our les conques nacrées contenant l'océan,
D'en exalter la joie que ses échos soulèvent,
D'en entendre sa paix - ou chanter ses péans.

Un jour on n'est plus rien - sauf Dieu qui a notre âme
Quand s'éteint Dieu-Soleil, bien après qu'il eût plu,
Mais qu'est faible l'humain face à de la cinabre,
Face à l'odeur des roses, avant qu'il ne soit plus.


20 Mai 1994
Max LECOMTE

Sommaire : Saint Martin De Laives - Nanton - Les Oiseaux - Cabilonum - La Campagne - Etrigny - Feu de bois - La Dame en Rose

Etrigny

Lorsqu'on sait que le vin est sueur de soleil,
Qu'en fils de Dyonisos, de notre sol jaillit,
Et s'offre en doux baisers à nos sens en éveil,
Ce jour est jour béni
Grâce au vin d'Etrigny.

J'encense ce Bourgogne, oui, il en vaut la peine,
Lui qui est supérieur " aux cuvées de Bercy ! ",
Gourmets-épicuriens à la ronde bedaine...
Goûtez, je vous prie,
A ce vin d'Etrigny.

Il nous vient à grands pas par le Chemin-des-Anges.
Il eut pu tre élu par l'Abbé Coligny.
Il a cuisse - bouquet - de l'esprit il se mange,
Eh bien moi, j'ai choisi,
Cet enfant d'Etrigny,

Prédisant qu'il sera le phénix d'une cave
Aux bouteilles rangées - par les ans anobli,
Je serai son laquais - je serai son esclave,
Et en rien ennemi
Du Seigneur d'Etrigny.

Savons qu'il fait beaucoup pour qui va au grand âge,
Et nos vieux croient qu'il est de bonne compagnie,
Pour qui en a goûté, en veut bien d'avantage :
Découvrons ébloui
Le bouquet d'Etrigny.

Vignerons de Veneuse :
Enfant de Ganymède,
Cet échanson de Zeus au nectar cramoisi,
Je chante vos cuvées, en poète, en aède,
Chante ce vin christi,
SANG-DE-DIEU d'ETRIGNY


Max LECOMTE

Sommaire : Saint Martin De Laives - Nanton - Les Oiseaux - Cabilonum - La Campagne - Etrigny - Feu de bois - La Dame en Rose

Feu de bois

(en l'honneur d'un 1er mai réfrigérant)

Si je chante l'églogue - et commets l'élégie,
C'est, pour le feu de bois, faire l'apologie.
Si je reçus des pierres en vous offrant des roses,
C'est que je ressentais, en moi, le froid morose.
Depuis - j'écris heureux - même en Sylvain fervent,
Mais chacun de mes vers se perdra dans le vent ! !
Tels se perdaient les pleurs des doux yeux de Margot
Qu'assécha aisément l'art de Victor Hugo.

Depuis que bat un cur dans les fibres du bois,
Meure-t-il de douleur quand les flammes flamboient ?
J'entends hurler les bûches... à la fureur du feu,
Frémir, remuer, se tordre - Eh bien !, cela m'émeut,
Quand tout est lumineux, immortel feu grégeois,
Il pleure dru des cieux de vraies larmes de joie !
Alors, au loin, je vois, quand mon esprit s'évade,
Luire une fée de bois - ou la nymphe Dryade.

Je charge mes landiers. Gros mangeurs. Bons convives.
Les bouts de bois pètent comme coule l'eau vive
En cascades, en geysers, en bouquets fulgurants :
Les abords d'un foyer sont des plus rassurants.
Faire un feu bienfaisant de l'âme d'un fagot,
Est plaisir inconnu de trop nombreux cagots,
Car devant ce brasier où reluit un soleil,
Ma vie passe bien douceavant le grand sommeil.


01 Mai 1995
Max LECOMTE

Sommaire : Saint Martin De Laives - Nanton - Les Oiseaux - Cabilonum - La Campagne - Etrigny - Feu de bois - La Dame en Rose

La Dame en Rose

J'ai vu la Dame en Rose un matin en forêt.
Certains ont entrevu - parfois - entre les branches
Le soir, La Dame Blanche.
J'étais dans la pénombre, au plus profond des bois.
Une ombre ai-je aperçu ou était-ce un corps ?
Je me demande encore.
Ai-je été ce jour-là le jouet d'une illusion ?
Entr'image onirique - et image fugace :
Voilà ce qui m'agace !
Ce souci est constant : " Rêve ou réalité ".
Mon émotion ce soir, début de mon calvaire,
S'est transposé... en vers !

(J'eus l'apparition de la Dame en Rose un matin dans une ligne de la forêt des Reppes à Etrigny)

Nuit du 21 juillet 1987
Max LECOMTE

Sommaire : Saint Martin De Laives - Nanton - Les Oiseaux - Cabilonum - La Campagne - Etrigny - Feu de bois - La Dame en Rose

[Haut de page]

  Si vous souhaitez nous aider à financer l'hébergement du site cliquez. Merci
 
1 visiteur connecté actuellement. Copyright © 2007 - par Noël LAURENT - Tous droits réservés - Reproduction interdite sans l'accord écrit de l'auteur.
Pour fonctionner ce site requiert que les cookies et le Javascript soient activés.
Une résolution 1024*768 minimum et le navigateur Firefox sont conseillés. Cliquez ici pour en savoir plus.
Vous faites partie des 376657 personnes qui ont visit notre site. Merci